Organismes génétiquement modifiés

Des centaines de milliers de victimes de l'Agent Orange/Dioxine utilisé par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam, leurs familles et leur descendance, dont beaucoup survivent en marge de la société dans des conditions extrêmement difficiles, un peu plus de 50 ans après les premiers épandages, ont cruellement besoin d'aide !

sommaire

 

1- Définition

2- Problèmes

3- OGM, le plus grand scandale des temps modernes

4- Le génie génétique en agriculture 

 


 

Oui à la biodiversité, non aux OGM!

Un petit film d'animation "pour une Europe sans OGM"...

http://www.greens-efa.eu/pour-une-europe-sans-ogm-10620.html


 

1- Définition

 
Dans toute l'acception du terme, un « organisme génétiquement modifié » est un organisme vivant (micro-organisme, végétal ou animal) dont le génome a été modifié artificiellement. Cette acception inclut toutes les voies possibles de modification de l'information génétique, allant de la méthode des croisements aux outils du génie génétique.

D'un point de vue législatif, un grand nombre de pays et d'organisations utilisent une définition plus restrictive en référence à celle précisée lors du Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques et qui entend par « Organisme vivant modifié » « tout organisme vivant possédant une combinaison de matériel génétique inédite obtenue par recours à la biotechnologie moderne ». Cependant, cette définition n'est pas reconnue universellement. Certains pays, dont les États-Unis, ne font pas de ce recours à la biotechnologie moderne une notion discriminante. Ainsi, si l’Union européenne, dans la directive 2001/18/CE définit un OGM comme « un organisme, à l'exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d'une manière qui ne s'effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle » et si l’OCDE définit les OGM comme : « a plant or animal micro-organism or virus, which has been genetically engineered or modified », les États-Unis considèrent qu'un OGM est un organisme ayant subi un « changement dans le matériel génétique [...], que ce soit par l'intermédiaire de la sélection classique, du génie génétique [ou] de la mutagenèse ». Certains pays, comme par exemple le Canada, même s'ils acceptent la définition « restrictive », appliquent aux « OGM » la même règlementation que celle qui a cours pour les produits modifiés par des méthodes classiques.

Les controverses qui s'expriment à l'égard des « OGM » portent essentiellement sur ceux qui relèvent de la définition « restrictive », soit ceux obtenus par génie génétique.

La transgénèse est l'opération de génie génétique la plus couramment utilisée pour l'obtention d'« OGM ». Ainsi, organisme transgénique, est souvent utilisé comme synonyme d'organisme génétiquement modifié. Cependant, si un « organisme transgénique » est toujours un « organisme génétiquement modifié », un « organisme génétiquement modifié » n'est pas toujours un « organisme transgénique ».

L'intervention humaine conduisant à fabriquer des OGM consiste dans la majorité des cas à ajouter une petite portion d'ADN d'un organisme dans l'ADN d'un autre organisme (transgénèse). Les techniques sont :

  • techniques de recombinaison de l'ADN impliquant la formation de nouvelles combinaisons de matériel génétique par l'insertion de molécules d'acide nucléique, produites de n'importe quelle façon hors d'un organisme, à l'intérieur de tout virusplasmide bactérien ou autre système vecteur et leur incorporation dans un organisme hôte à l'intérieur duquel elles n'apparaissent pas de façon naturelle, mais où elles peuvent se multiplier de façon continue ;
  • techniques impliquant l'incorporation directe dans un organisme de matériel héréditaire préparé à l'extérieur de l'organisme, y compris la micro-injection, la macro-injection et le microencapsulation ;
  • techniques de fusion cellulaire (y compris la fusion de protoplastes) ou d'hybridation dans lesquelles des cellules vivantes présentant de nouvelles combinaisons de matériel génétique héréditaire sont constituées par la fusion de deux cellules ou davantage au moyen de méthodes qui ne sont pas mises en œuvre de façon naturelle.

Selon la directive adoptée par l’Union européenne, les techniques de modifications génétiques à exclure de son champ d'application sont :

source wikipedia.org

 


 

source sboisse.free.fr/planete/ogm
source nouvelobs.com

2- Problèmes

  • Une contamination inévitable

La généralisation des OGM condamne à mort les autres filières agricoles : la filière traditionnelle et la filière « bio ». La coexistence entre ces trois formes d'agriculture est impossible. La contamination des champs et des produits « non-OGM » par la filière OGM est inévitable. En outre, les OGM arrivent dans nos assiettes par le biais de l'alimentation animale. 80% des animaux d'élevage consomment en effet des OGM, qui se retrouvent dans les produits issus de cet élevage : le lait, la viande, les œufs… que nous achetons !

  • Une information insuffisante

Le consommateur manque d'information. Si un produit contient moins de 0,9% d'OGM, ce n'est pas indiqué. Si les animaux dont sont issus les produits mis en vente ont été nourris aux OGM, le consommateur ne peut pas le savoir. L'étiquetage est clairement insuffisant. Les consommateurs de retrouvent ainsi complices de cultures dont ils ne veulent pas.

  • Une agriculture productiviste

Les OGM s'inscrivent dans la logique d'une agriculture productiviste qui ne respecte pas l'environnement. D'abord, ils favorisent souvent l'usage des pesticides qui polluent les sols et les nappes phréatiques. Ensuite, il est prouvé qu'ils menacent la biodiversité animale et végétale. Ils sont toxiques pour certains insectes et peuvent conduire à l'apparition de mauvaises herbes extrêmement résistantes. Pire. En manipulant le patrimoine génétique de certaines plantes, ils créent de nouvelles espèces qui n'auront pas évoluées avec leur environnement.

  • Une éthique méprisée

C'est aussi d'éthique qu'il s'agit quand on aborde la question des OGM. Peut-on manipuler le vivant ? A quelles conditions ? Jusqu'où ? Les consommateurs ne sont-ils pas les cobayes de quelques multinationales de l'agro-alimentaire ? L'environnement et la santé humaine ne devraient-ils pas primer sur les intérêts économiques de quelques entreprises ? Actuellement, on assiste plutôt à la mainmise d'une petite minorité d'individus peu scrupuleux sur une majorité de paysans et de consommateurs. Les OGM menacent les droits des agriculteurs de produire sans OGM et par là même le droit des consommateurs de manger sans OGM.

source greenpeace.org

 


 

 


 

3- OGM, le plus grand scandale des temps modernes...

Bernard Astruc, coordinateur national de la pétition "Consommateurs, pas cobayes" espère récolter 500.000 à un million de signatures pour sensibiliser le gouvernement.

Bernard Astruc n'y va pas par quatre chemins. Ce passionné d'agroécologie, responsable régional de l'association Bio Consomacteurs ayant pour but de développer « une agriculture biologique locale et équitable », prédit un avenir plus que sombre à notre santé si rien n'est fait pour arrêter l'invasion des organismes génétiquement modifiés (OGM). Ce Lorguais, investi également dans des actions culturelles, est devenu le coordinateur national d'une pétition qui vient d'être lancé par une centaine d'associations.

À quoi sert cette pétition ?

Elle sert à peser sur le gouvernement afin de demander un moratoire, c'est-à-dire une suspension de l'importation de tous les OGM, en attendant d'en savoir plus. Cette pétition est lancée par des consommateurs qui se battent pour eux-mêmes. Nous espérons 500 000 à un million de signatures, qui seront remises cet automne au Premier ministre et à un certain nombre de membres du gouvernement.

Mais il n'y a pas de cultures génétiquement modifiées en France...

Non, mais les animaux, eux, sont nourris avec des aliments contenant des OGM, comme le maïs. L'Europe importe 80 % de sa nourriture pour bétail avec ce type d'aliments à base d'OGM. Et il n'y a aucun étiquetage sur l'emballage de la viande indiquant quelle nourriture a pris l'animal. Il n'est pas acceptable que nous mangions des OGM sans le savoir. Nous demandons donc la suspension de cette alimentation animale, ainsi que de l'herbicide RoundUp. L'Europe va lancer des études sur les OGM qui vont prendre deux ans peut-être. Nous devons attendre leurs conclusions avant d'autoriser les OGM. Nous respectons cette démarche scientifique. Tout le monde connaît l'étude du professeur Gilles-Eric Séralini et ses résultats alarmants. Nous nous appuyons sur un simple principe de précaution pour exiger un moratoire.

Mais vous savez que l'étude du professeur Séralini, avec ses fameuses photos de rats aux grosses tumeurs qui ont fait le tour du monde, a été contestée.

Séralini a répondu à toutes les objections. Il est d'une transparence totale. 300 scientifiques le soutiennent contre une cinquantaine qui conteste ses conclusions. Je connais bien Séralini, j'ai vérifié plein de choses. Je peux vous dire que ses études sont d'une rigueur scientifique totale. C'est d'ailleurs à la suite de ce travail que l'Europe a décidé de lancer ses recherches. Nous demandons aussi la transparence sur les études menées par les producteurs d'OGM. Actuellement, ces tests toxicologiques sont tenus secrets, c'est inadmissible.

Quels sont les risques ?

Si nous ne faisons rien, nous allons vers le plus grand scandale sanitaire des temps modernes. Ça va être énorme. On voit bien, déjà, que les maladies dégénératives s'accentuent, elles frappent les consommateurs de plus en plus jeunes. Tout ça n'est pas un hasard. La question est : la maladie est-elle une fatalité ?

Une pétition est-elle suffisante ?

Nous préparons d'autres actions plus fortes pour la rentrée. Cette campagne de signatures est elle-même très importante. On ne va pas s'arrêter là. D'autant qu'on sait maintenant qu'en plus d'être nocifs pour la santé, les OGM ne fonctionnent pas. À l'origine, ils devaient servir à nourrir l'humanité, grâce à des plantes plus solides. Or, les plantes sont devenues résistantes et les insectes aussi. On est obligé de traiter les plantes OGM. Sans compter que la culture bio devient impossible. C'est très grave.

 source varmatin.com


 

4- Le génie génétique en agriculture

OGM : organismes génétiquement modifiés

Le génie génétique en agriculture from Greenpeace Suisse on Vimeo.

Depuis 1996, Greenpeace se bat contre la dissémination des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).  Car les OGM sont aujourd'hui synonyme de risques :  Ils sont un danger pour l'environnement, présentent des risques pour la santé et menacent les équilibres économiques et sociaux. Ils posent également des questions éthiques qui n'ont pas fait l'objet d'un débat suffisant.

Voir la page : Problèmes


OGM : Ce que veut Greenpeace :


Greenpeace est opposée à la culture des OGM en plein champ.

  • Parce qu'elle est source de pollution génétique.
  • Parce qu'elle menace la biodiversité.
  • Parce qu'elle contamine inévitablement les filières agricoles traditionnelle et "bio".


En revanche, Greenpeace n'est pas opposée à la recherche en milieu confiné (sous serre ou en laboratoire), notamment dans une perspective médicale. Nous ne sommes pas contre la recherche ou le progrès. Nous sommes pour que la science profite à tous en respectant l'environnement.

Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Les OGM enrichissent les grandes multinationales comme Monsanto ou Bayer. Elles nous présentent les OGM comme la solution à la faim dans le monde. Mais 99% des céréales génétiquement modifiées n'ont pas un rendement supérieur aux céréales traditionnelles. Elles ne résistent pas non plus à la sécheresse.

En outre, les OGM appauvrissent les petits paysans, standardisent les pratiques agricoles et mettent en danger la biodiversité. Ils vont à l'encontre d'une agriculture durable et arrivent dans nos assiettes sans que nous ayons pu donner notre avis. Au final, les OGM assoient le pouvoir d'une infime minorité sur le reste de l'humanité.

Voir la page : Solutions


OGM : état des lieux en France et en Europe

Les OGM dans les champs

Deux OGM sont autorisés dans les champs en Europe : il s’agit du maïs MON 810 de Monsanto  et de la pomme de terre Amflora de BASF. Seul le maïs Mon 810 est effectivement cultivé sur le sol européen, essentiellement en Espagne.

Huit pays européens ont instauré un moratoire national pour interdire la culture des OGM sur leur sol. C’est le cas de la France qui l’a justifié en parlant de menaces graves pour l’environnement et en invoquant le principe de précaution. Mais ce moratoire est très fragile juridiquement; il a d'ailleurs été annulé une première fois en 2011 par la Cour de Justice Européenne en raison d’un vice de forme. Le gouvernement français l’a restauré en mars 2012 en invoquant de nouveaux arguments scientifiques et afin d’éviter que du maïs OGM ne soit semé au printemps. Mais l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a estimé que les arguments avancés par la France n’étaient pas fondés. 


Les OGM dans la chaîne alimentaire

En 2012, 46 OGM sont autorisés à l’importation, à la transformation et l’alimentation humaine et animale en Europe. Il s’agit essentiellement de maïs, soja et colza que l’on retrouve quasi-exclusivement dans l’alimentation animale. En France, environ 80% des animaux d’élevage reçoivent une alimentation à base d’OGM.

Depuis juillet 2012, un étiquetage « nourri sans OGM » existe en France pour informer le consommateur sur les produits animaux (viande) ou issus d’animaux (produits laitiers, œufs..) ayant reçu une alimentation exempte d'OGM. Lorsque rien n’est indiqué sur l’emballage, il est possible, et probable, que les animaux aient été nourris aux OGM.


Les OGM dans les assiettes

Depuis 2003, l’étiquetage des produits alimentaires contenant plus de 0,9% d’OGM est obligatoire en Europe. Dans ce cas, les emballages portent la mention « génétiquement modifié ». Cet étiquetage est le résultat notamment d’une intense mobilisation citoyenne anti-OGM et d’un fort rejet par les populations : 71% des européens y sont opposés, et 79% des Français le sont

Pour ces raisons, les industriels de l’agroalimentaire ne commercialisent pas ou très peu de produits à base d’ingrédients génétiquement modifiés par crainte de ne pas parvenir à les vendre. C’est la raison pour laquelle on ne trouve quasiment pas de produits OGM dans les épiceries et supermarchés français, à l’exception de quelques produits importés, des Etats-Unis notamment.

Le risque de voir des OGM en plein champ 

La menace la plus concrète pour les citoyens européens, c’est que la commission européenne autorise du jour au lendemain de nouveaux OGM en Europe.

Une quinzaine d’OGM est, en effet, en attente d’autorisation. Or, cette décision s’appuie principalement sur l’avis de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). Mais l'EFSA est une institution dont le fonctionnement est plus que contestable !

Il est urgent que l’EFSA soit réformée afin, notamment, que cet organisme demande et prenne en compte des études scientifiques indépendantes et menées sur le long terme (et pas exclusivement les études fournies par les vendeurs d’OGM eux-mêmes comme c’est le cas actuellement). L’intégralité des données de ces études doit également être accessible.

Et au-delà de l’impact sanitaire des OGM, il est également nécessaire d'inclure dans les évaluations leurs impacts environnementaux (utilisation massive de pesticides, résistance accrue des insectes nuisibles…) et socio-économiques (conséquences d’une dissémination des OGM pour les agriculteurs bio …).

Face à ces incertitudes, appliquons rigoureusement le principe de précaution en demandant un moratoire sur tous les OGM en Europe.

Nous n’avons pas besoin des OGM mais d’une agriculture écologique capable de produire des aliments sains dans le respect de l’environnement !

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

22.10 | 08:46

Bonjour, on n'a pas vu sur votre site aucune publication concernant les aides apportées aux 5 familles de Thanh Hoa effectuées en 2017 etc?

...
31.12 | 19:34

Tous ensemble on est plus fort :)

...
11.12 | 12:53

Bonjour
Nous nous occupons d'1 centre pour handicapés au Vietnam.
Voir notre groupe Facebook:
" LES ENFANTS de THÂT KHÊ au VIETNAM "
géré par VIETNAM ESPERANCE

...
13.04 | 23:59

Bonsoir,
Merci Denis pour votre soutien... Vous pouvez nous suivre aussi sur les réseaux sociaux mentionnés en haut de page...
Cordialement.
pln.

...
Vous aimez cette page